Le mur de la tendresse

A l'occasion de la campagne "un câlin, de l'amitié" qui s'est déroulée du 21 janvier ( journée internationale du câlin) au 14 février ( Saint Valentin), le lycée a recueilli une certain nombre de dessins, photographies et poèmes sur le thème du câlin, de l'amour et l'amitié :

Voici leurs réalisations :

Le coin des cœurs

Les élèves de CP nous en confectionné de magnifiques cœurs, haut en couleur sous les instructions de leur enseignante Mme BAGUET

Paloma

Paloma

Océane

Océane

Luna

Luna

Callum

Callum

Hermione

Hermione

amérie

amérie

Amelie

Amelie

Yuri

Yuri

MicrosoftTeams-image (63)

MicrosoftTeams-image (63)

Jeanne

Jeanne

Hermione2

Hermione2

Richard-Philippe Giroud

Richard-Philippe Giroud

Elisa

Elisa

Enzo

Enzo

Anthony

Anthony

anthony 3

anthony 3

Amérie 2

Amérie 2

Anthony 2

Anthony 2

Charlotte

Charlotte

Le coin des poèmes écrits

Les élèves de CE2 ont choisi d'écrire des poèmes sur le thème du câlin pour honorer cette campagne.

Le coin des poèmes parlés

Dans le cadre de leur enseignement "Langues et Cultures de l'Antiquité", les élèves Latinistes, de la 5e à la Terminale, ont enregistré une carte de saint Valentin virtuelle. Cette carte était basée sur une lecture d'un extrait de l'élégie première des Amours du grand poète latin, Ovide. Bonne écoute

Les Amours d’OVIDE (12 VERS – 1TLCA)

ELEGIE PREMIÈRE.

Arma gravi numero violentaque bella parabam

J'allais chanter, sur un rythme grave, les armes et les combats sanglants ;

Edere, materia conveniente modis.

ce sujet convenait à mes vers ;

Par erat inferior versus : risisse Cupido

chacun d'eux était d'égale mesure. Cupidon se prit, dit-on, à rire,

Dicitur atque unum surripuisse pedem.

et en retrancha un pied.

« Quis tibi, saeve puer, dedit hoc in carmina juris ?

« Qui t'a donné, cruel enfant, ce pouvoir sur les vers ?

Pieridum vates, non tua turba sumus.

Poètes, nous formons le cortège des Muses, et non le tien.

Quid, si praeripiat flavae Venus arma Minervae,

Que serait-ce si Vénus se couvrait de l'armure de la blonde Minerve,

Ventilet accensas flava Minerva faces ?

et si la blonde Minerve agitait les torches ardentes ?

Quis probet in silvis Cererem regnare jugosis,

Qui pourrait sans surprise voir Cérès régner sur tes monts couronnés de bois,

Lege pharetratae virginis arva coli ?

et le laboureur cultiver son champ sous les auspices de la Vierge au carquois ?
Crinibus insignem quis acuta cuspide Phoebum

Phébus à la belle chevelure doit-il m'apparaître armé de la lance acérée,

Instruat, Aoniam Marte movente lyram ? ... »

pendant que Mars fera résonner la lyre d'Aonie ? ... »

lecture 1
lecture 2
Lecture 3
Lecture 4

Les Amours d’OVIDE (10 VERS – 3LCA + 2LCA)

ELEGIE PREMIÈRE.

Questus eram, pharetra cum protinus ille soluta

Je me plaignais encore, lorsque soudain l’Amour,

Legit in exitium spicula facta meum,

détachant son carquois, choisit les traits destinés à me percer ;

Lunavitque genu sinuosum fortiter arcum,

d'un bras vigoureux il banda sur son genou son arc flexible.

« Quod que canas, vates, accipe, dixit, opus ! »

« Reçois, poète, me dit-il, un sujet pour tes chants. »

Me miserum ! certas habuit puer ille sagittas.

Malheureux que je suis ! les flèches d'un enfant ont atteint le but qu'il leur avait assigné.

Uror, et in vacuo pectore regnat Amor.

Je brûle ; l'Amour règne dans mon coeur libre jusqu'à ce jour.

Sex mihi surgat opus numeris, in quinque residat :

Mon premier vers aura six pieds et retombera sur cinq.

Ferrea cum vestris bella valete modis !

Adieu les guerres sanglantes et le rythme qui leur convient !

Cingere litorea flaventia tempora myrto,

Muse, ton front doré ne doit ceindre que le myrthe verdoyant,

Musa, per undenos emodulanda pedes !

et tu n'auras qu'onze pieds à moduler en deux vers.

lecture 5
lecture 6
lecture 7
lecture 8

Les Amours d’OVIDE (8 VERS – 5LCA + 4LCA)

ELEGIE PREMIÈRE.

« Sunt tibi magna, puer, nimiumque potentia regna ;

« Grand, trop grand sans doute est ton empire, cruel enfant !

Cur opus adfectas, ambitiose, novum ?

Pourquoi, jeune ambitieux, prétendre à une autorité nouvelle ?

An, quod ubique, tuum est ? tua sunt Heliconia tempe ?

Le monde entier, l'Hélicon et la vallée de Tempé ont-ils reconnu tes lois ?

Vix etiam Phoebo jam lyra tuta sua est ?

Apollon lui-même ne serait-il déjà plus maître de sa lyre ?

Cum bene surrexit versu nova pagina primo,

Par un premier vers, je préludais noblement à un nouvel ouvrage,

Attenuat nervos proximus ille meos ;

quand l'Amour vint aussitôt arrêter mon essor.

Nec mihi materia est numeris levioribus apta,

Pour en faire le sujet de vers plus légers,

Aut puer aut longas compta puella comas... »

je n'ai à chanter ni un jeune enfant ni une jeune fille à la longue et brillante chevelure... »